Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 06:00

Dans leur tentative pour imprégner la culture, les fascistes adoptent de multiples tactiques. Parmi ces tactiques, il en est une qui est commune à tous les groupes du mouvement : brouiller les cartes.

Ainsi, dans leurs discours comme dans leurs textes, les fascistes ont décrété la fin des idéologies : prétendant être « modernes », ils ont décidé la fin de la politique : il ne faudrait plus ni droite, ni gauche.




Parmi les arguments développés à l'appui de leur théorie, il est courant d'entendre, un peu comme un slogan : « en finir avec les mots en -isme »! Selon des arguments fumeux et historiquement faux, les fascistes prétendent que le communisme, le fascisme, le capitalisme, le nazisme auraient deux points communs : ils représentent un danger pour l'humanité, et ils se terminent en « isme ».


« isme », le suffixe qui tue, en quelque sorte...


En linguistique, un suffixe est un affixe, du latin ad-fixus : « (qui est) fixé contre ». Affixe qui est placé après une racine pour former un nouveau mot. Les suffixes ont donc une utilité : donner un sens nouveau à la racine employée.


Le suffixe « isme » a une fonction précise, il détermine l'engagement dans un courant de pensée. Par exemple, le « réalisme », en littérature, marque la volonté des auteurEUSES qui se revendiquent comme telLES, de décrire le réel (contre le romantisme notamment).


Les mots en « isme » marquent un engagement pour des idées, ils marquent un choix. L'antifascisme est un choix idéologique.


A l'opposé, on trouve le suffixe « aire ». Le suffixe « aire » marque l'appartenance à une action. Ainsi, le « disquaire » est celui qui vend des disques. Les identitaires, dans leur volonté de cacher qu'ils sont fascistes, qu'ils sont ethno-différentialistes, se présentent avant tout par leur sentiment d'appartenance : les groupes identitaires prétendent regrouper ceux qui appartiennent à une identité supposée.

 



Les Ch'tis avec Lénine sont antifascistes. Nous sommes antifascistes, au sens où nous nous engageons, nous faisons un choix conscient : celui de lutter contre le fascisme. Notre appartenance au groupe est affinitaire, mais notre appartenance au groupe est aussi guidé par un but, il n'est pas une fin en soi. L'antifascisme n'est pas un état, une posture, mais un outil révolutionnaire.


Rejoins l'Action Antifasciste, pour l'offensive métisse et populaire !

Crée ton groupe autonome !

 

Ne vous reposez pas sur nous, travaillez vous-même !

V. LENINE

Partager cet article

Repost 0
Published by Action Antifasciste
commenter cet article

commentaires